Le Marketing de la Folie

La psychiatrie est probablement la force la plus destructive qui ait affecté la société les soixante dernières années. » Thomas Szasz, Professeur honoraire en psychiatrie Le marché…

22 Replies to “Le Marketing de la Folie”

  1. On m’a diagnostiquée bipolaire à 16 ans au bout de deux séances sans étudier mon cerveau ni m’écouter un instant, on m’a gavée de thymo-régulateurs et de neuroleptiques sans aucune amélioration. A chaque psychiatre que je voyais en moins de trois séances on me parlait médicament et pathologie. Mais au final, pourquoi devrais-je être malade ? C’est si facile de se morfondre, et de se dire “je suis malade, je ne peux rien faire” et gobant une bouboule rose. Mes symptômes ? Je suis très émotive, mon humeur est variable, je me prends beaucoup la tête pour peu de choses. Mais pourquoi serait-ce une “maladie” et non simplement mon caractère ? Il y a des gens timides ou désinhibés, travailleurs u paresseux, ataraxique ou très sensibles, colériques ou flegmatiques : dans cette palette de tendances psychologiques, où est la normalité au final ? Y’a t’il un niveau de sensibilité “normal”, avec des médicaments à donner aux gens trop ou pas assez émotifs pour entrer dans cette norme ? Je ne pense pas. L’humanité n’est pas uniforme, et la vouloir homogène relève de la dystopie. Les amateurs d’histoire d’illuminatis et de complots diront que c’est pour manipuler la masse, moi je dirais tout simplement que c’est une pure affaire de gros sous, comme c’est le cas avec beaucoup d’autres domaines. Curieusement, depuis que j’ai eu ce déclic il y a un petit moment maintenant, je vais beaucoup mieux. Je travaille sur moi même, sans cachetons, Je ne conteste pas qu’il existe de véritables troubles mentaux, la folie profonde existe, mais les personnes atteintes de pathologies sont beaucoup moins nombreuses qu’on le dit. Etre triste après la mort de sa mère par exemple c’est normal, ce n’est pas une maladie. Certes c’est dur à vivre, mais consommer tous les jours un libérateur de sérotonine, malgré le bonheur chimique et illusoire que ça procure, ne change rien au deuil de la personne disparue en soi. Tout le monde peut se déclarer malade mentalement, parce que la vie est un enchaînement d’évènements qui peuvent énerver, complexer, ravir, attrister, traumatiser et autres qui nous affecte forcément. Se forcer à voir du monde, être soutenu par des proches, chercher à se comprendre soi même est bien plus efficace qu’un xanax chez les gens “normaux” qui ont juste quelques angoisses comme tout le monde. Ces psychotropes légaux ne sont qu’un plus dans les cas vraiment plus difficiles relevant de la psychose, de l’obsession extrême ou dans des conditions défavorables pour s’en sortir seul au début etc.

  2. Cette vérité donne froid au dos … Il est urgent de comprendre comment fonctionne notre organisme par l’alimentation (mdr Hypocrate) : https://www.facebook.com/nutritionproducts.forever?ref=hl

  3. Voyez cet article du Nouvel Obs sur le DSM : http://rue89.nouvelobs.com/2013/04/26/dsm-tous-malades-mentaux-241811 Ce Gigantesque Scandale International est complètement apocalyptique. La “psychiatrisation des masses” fait partie d’un plan diabolique de destruction globale de L’Humanité. N’envoyez personne dans un HP : ces lieux sont plein de démons (E.T. mauvais). La Médecine Naturelle par les plantes, les pierres, voilà La solution, avec toutes les techniques “Bien Etre” : Sophrologie, Yoga, Zen, Méditation, Prière, Constellations Familiales, etc. Cherchez un “coach de vie”, un accompagnateur spirituel, plutôt qu’un psychiatre. Ainsi, vos problèmes psychiques passagers ne seront plus qu’un mauvais souvenir. En psychiatrie, on vous drogue de force et vous en avez pour 20 ans de souffrance… et en plus, quand vous êtes passé par là, tout le monde vous méprise et a peur de vous ! Les psychiatres appliquent ce qu’ils ont appris et nourrissent leur gosses : ils ne veulent se poser aucune question et agissent comme des automates bien formatés, ils sont “dans l’ego”… sauf très rares exceptions !

  4. Moi aussi , j ai pense a un DOC de la scientologie. Mais la question , c est surtout de savoir ce qui est dit dedans est vrai. Et si c est le cas , c est vraiment terrifiant. En tous cas j ai du des proches , soumis a des traitements neuroleptiques , j ai pu en constater les effets ravageur 

  5. je suis très très méfiant face à l’industrie pharmaceutique et ses adeptes, c’est une secte dangereuse. On m’a prescrit beaucoup de médicaments suite à des problèmes personnels que j’ai cru bon confié à des médecins dans les mains desquels je suis depuis ma naissance. La première fois que j’ai pris des médicaments psychiatriques en 1995 j’ai perdu mon emploi et me suis retrouvé surendetté, sans revenus il me restait 3 ans de contrat. La deuxième fois j’ai été enfermé à l’hôpital psychiatrique plusieurs semaines en 1998 encore avec des médicaments psychiatrique, j’ai perdu ma santé, j’ai pris plus de 40 kilos. En 2012 suite à un problème cardiaque et de diabète causé par une intoxication du sang par une substance éthylique, un médecin du service psychiatrie est venu dans ma chambre dans le service endocrinologie est à essayer de me convaincre de prendre des médicaments que l’on surnomme “camisole chimique” . J’ai arrêté de prendre toutes sortes de remèdes pharmaceutiques, je fais de l’exercice dans une salle de fitness, du vélo elliptique, à défaut d’avoir le mien, ça fait travailler le coeur et le reste du corps en étant debout, je vois du monde semblant désintéressé presque amical. J’espère encore perdre toutes ces toxines que les médicaments à base de produits toxiques ont aggloméré dans mes tissus adipeux, j’essaye d’avoir une alimentation et une hygiène de vie saine, diététique, peu stressante ce qui est dur dans la société moderne infernale dans laquelle on vit. Merci à ceux qui luttent contre ces bêtes sectaires malhonnêtes.

  6. On peut dire tout et son contraire en matière de psychiatrie. Ce qui est dramatique c’est que des personnes qui ont des problèmes de santé mentale regardent ce genre de film qui ne peut que nuire encore plus à leur santé. Internet profite bien de la bêtise humaine pour divulguer des informations ciblées. Avant de regarder ce genre de film, commencez par réfléchir par vous mêmes. C’est vous qui avez la clé de votre vie !

  7. Réponse part 2 : Je n’ai regardé que le début, mais déjà, la part du vrai dans ce “documentaire” est qu’il y a surprescription de médicaments, mais tout domaine confondu, ça ne s’arrête à la santé mentale, et les compagnies pharmaceutiques s’en mettent plein les poches. Il y a d’ailleurs probablement plus de diagnostique de TDA qu’il n’en faut et des enfants traité pour cela qui n’en pas nécessairement besoin au point de prendre des médicaments.

  8. Juste un petit reportage de propagande de la scientologie. Je suis suivi depuis 5 ans pour une grave dépression, et même si c’est long, la psychothérapie m’a bien aidé. Et même si ce n’est pas anodin, les anti-dépresseur m’ont aidé à me sentir mieux dans les périodes de trouble.

  9. au début ca aide mais ensuite c’est la dégringolade car une pilule ne résout pas les problèmes psychologique, c’est un travail a faire sur soi

  10. Je trouve ce documentaire très bon, ils essayent de nous donner toutes les infos possibles autour des psychotropes et de leur commercialisation bien qu’il soit tout de même très radical (firmes pharmacologique = mal). D’un certain point de vue ils ont plutôt raison, en réalité ce n’est que du deal à très grande échelle et blanchi par l’Etat, sauf qu’ici les infos sur les risques sont minimisées.

  11. bienvenue dans la secte des scientologues : “surtout ne vous soignez pas on ne pourrait pas vous faire notre lavage de cerveau .” Pour les sceptiques une agence est mise en avant a la fin du “docu” (2:56:46) la citizens commision on human rights : ” (CCHR) is a Scientology front group which campaigns against psychiatry and psychiatrists.” source wikipedia (wiki/Citizens_Commission_on_Human_Rights )

  12. En plus cette médiocre vidéo discrédite les critiques justifiées concernant à la fois l’abus des médicaments et la tendance à transformer tout symptôme en maladie !

  13. @bombseb effectivement la preuve en tapant le nom du documentaire dans google on trouve, qui le produit : le ccdh, un organe de la scientologie (rubrique qui sommes nous)

  14. 1/ Freud n’est pas ” mon ” Freud ! Freud était athée, juif et pensait que la libido avait une place prépondérante dans le psychisme humain. Il a aussi très vite senti les dangers du nazisme.

  15. De plus, l’invention de maladie pour vendre les traitements associés est loin de concerner uniquement la psychiatrie, c’est un des grands problèmes auxquels la pharmacologie clinique essaye de s’attaquer, en vain.

Leave a Reply